Une plume

Ce matin, une plume
Se profile
Elle se glisse dans l'écume
De la ville
Elle traverse le boulevard
Qui l'emporte
L'aube la prend, c'est l'espoir
Qui la porte
Jusqu'à moi
Chaque jour
J'ouvre des portes
Je veille là
Ce matin, l'uniforme
Que j'enfile
Est tout bleu, il est comme
L'âme des villes
Quand elles pleurent, la serrure
Se brise, puis
S'enraye et puis se mure
Dans l'oubli
Du savoir
Chaque jour
J'ouvre des portes
J'dis bonjour
Ce matin, à l'entrée
Du savoir
Un homme seul m'a d'mandé
De l'espoir
"Les rues pleurent, on ne vit pas
A Paris
On survit, regarde-toi"
Il m'a dit
Ouais, je sais
Chaque jour
J'ouvre des portes
Mais cette fois
Ce matin, je lui tend
Un journal
Qui traînait, ça se vend
Pas trop mal
Il paraît ; son regard
Tout de bleu
Dans les lignes il se perd
On est deux
Regardant
Chaque jour
Une plume
Qui ouvre les portes

Laisser un commentaireAnnuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.