Les Cerises – Chapitre 2 : La Pause du Gouvernement [Choix 2]

Il faut dire que depuis la Grande Déroute climatique, le Gouvernement n’avait eu d’autre choix que d’utiliser la technologie dite «de la pause». Un moyen que tous les présidents qui s’étaient succédés depuis l’an 3000 avaient juré de ne pas utiliser. Tous, sauf lui, qu’on avait rappelé parce que personne d’autre ne voulait venir. Et surtout, parce que personne d’autre ne voulait faire ça.

Car oui, «la pause» était certes un mécanisme de sauvegarde de l’humanité, du moins en grande partie, mais il était surtout destructeur de toute l’organisation sociétale. En effet, hormis dans de petites bourgades comme Lousoy-en-Chapuis, où les activités étaient peu nombreuses, les grandes villes avaient l’obligation de cesser toute activité qui n’était pas essentielle à leur survie. Mais ce ne sont là que les conséquences de « la pause ».

Car l’ampleur exacte de «la pause», c’est autre chose, autre chose de beaucoup plus ennuyeux, de plus pernicieux. Surtout pour ceux qui n’ont pas de montre. Et hormis dans les petites bourgades comme Lousoy-en-Chapuis, on avait depuis bien longtemps étouffé le son des clochers pour faire des économies. Et pour faire des économies, on n’était pas pressés de les remettre en place. Ce qui signifiait que les trois quarts des villes du pays, à l’heure de «la pause», vivaient dans un temps suspendu. Tous ceux qui n’avaient pas connaissance de l’heure réelle ne subissaient pas l’impact du temps. A la radio, on prévenait, bien sûr, que cela pourrait à terme occasionner des différences de vieillissement, et on commençait à s’interroger sur les répercussions génétiques de «la pause».

Mais le Gouvernement le disait : «la pause», c’est pour le bien du climat, de la planète, et donc de l’humanité. «Eh oui, les temps changent» songea Monsieur Grapinet, qui trouvait extraordinaire que Bob Dylan ait déjà anticipé cela en 1964 avec The Times They Are A-Changin’. Sa déception reprit cependant le dessus car en 1964, on pouvait croire que le monde se tournerait vers un avenir meilleur, contrairement à aujourd’hui. 1964, en comparaison, c’était Byzance, c’était un monde utopique.

Mais il faut croire que les temps changent…

C’est à vous de choisir !

1 réflexion sur « Les Cerises – Chapitre 2 : La Pause du Gouvernement [Choix 2] »

  1. Virginie Villetard 26 août 2019 — 14:42

    genial pour ce début d’histoire…mais j’aurais savoir suspendre le temps de mes vacances!!! hihi!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close